Les erreurs permettent d’apprendre, d’accumuler de l’expérience et d’avancer plus rapidement. Être plus à l’aise avec ses erreurs est digne d’un leader courageux.

Cet article invite à être plus à l’aise avec vos erreurs, offre des pistes afin de mieux gérer les erreurs de vos collaborateurs ainsi qu’à prendre des décisions courageuses au besoin.

Vous préférez le format vidéo au texte? Regardez la vidéo récapitulative de l’article ci-dessous 😉

 

Être plus à l’aise avec les erreurs

Certaines personnes ont la croyance qu’il ne faut pas faire d’erreur, ou qu’il faut dissimuler ses erreurs. Souvent ces personnes craignent les conséquences (perdre un travail, perdre un statut). Oui, éviter les erreurs pourrait vous permettre de sauver les apparences.

Que vous soyez un gestionnaire ou un dirigeant d’une organisation, si vous avez plutôt envie d’évolution et de progression, apprenez à gérer vos erreurs positivement.

Ne pas reconnaître et accepter vos erreurs est un frein à votre développement.

D’un côté certaines personnes refusent d’admettre les erreurs, d’autres personnes avouent d’emblée leurs erreurs. Sachez qu’au-delà d’avouer les erreurs, ce sont les personnes qui apprennent de leurs erreurs qui continueront de progresser!

Je pense que les personnes qui ne font jamais d’erreur ne doivent pas prendre de risque. N’est-ce pas? Si vous ne prenez pas de risque parce que vous n’êtes pas à l’aise de commettre des erreurs, j’imagine que vous n’obtenez pas non plus la satisfaction d’atteindre vos ambitions? En sortant de votre zone de confort, oui, vous risquez de commettre des erreurs. Au contraire, en ne sortant pas de votre zone de confort, vous allez stagner au même endroit.

Si vous avez envie de quelque chose de différent, continuez de lire et apprenez comment être plus à l’aise avec les erreurs.

D’abord, voici des avantages que procurent les erreurs.

Les avantages de commettre des erreurs

  • Connecter plus sincèrement et profondément avec d’autres personnes : votre vulnérabilité et votre côté humain sont ce qu’il y a de vrai!
  • Développer une meilleure connaissance de soi : ses qualités, ses limites.
  • Être plus aligné avec ses désirs afin d’être plus satisfait, heureux et fier.
  • Augmenter sa confiance en soi : plus vous apprenez de vos erreurs, plus vous saurez que vous êtes capable d’affronter des défis et serez plus optimiste face à ceux-ci.

 

Comment être plus à l’aise avec les erreurs?

Premièrement, certaines personnes sont plus à l’aise avec le risque, d’autres plus prudentes. Je conviens que certaines erreurs ont plus d’impact que d’autres. Une erreur grammaticale peut avoir des impacts, une erreur de recrutement ou une erreur qui fait perdre des ventes a aussi des impacts.

Tony Robbins dit: « The lowest standard in life is trying to be perfect. » Autrement dit : L’ambition la plus basse dans la vie est d’essayer d’être parfait.

Pourquoi? Parce que plus vous essayez d’être parfait, moins vous prenez de risques. Moins vous prenez de risques, moins vous apprenez. Moins vous apprenez, moins vous progressez.

 

Voici comment gérer les erreurs au travail

1. Reconnaissez votre erreur

Il peut s’agir d’avouer une erreur, soit lorsque l’on vous en fait part, soit proactivement en allant mentionner votre erreur à la personne qui en verra les impacts.

Je vous invite aussi à vous excuser. Vous n’avez pas à vous justifier sur l’erreur à n’en plus finir. Sachez toutefois que la plupart des personnes apprécieront que vous disiez : « Je suis désolée pour cette erreur, je vois qu’il y a des impacts. »

Commettre des erreurs n’est généralement pas le problème en soi. Ce que j’observe comme problème est plutôt le manque de responsabilité vis-à-vis l’erreur.

Si vous n’êtes pas certains de la gravité de votre erreur, posez des questions!

Si vous vous justifiez sans cesse, pensez que ce n’est pas votre faute et que les autres doivent changer, je vous invite à prendre un peu de recul et vous demander : quelle est ma part de responsabilité dans la situation?

Accepter et apprendre de ses erreurs est courageux.

Si vous souhaitez développer votre courage et votre vulnérabilité, cela pourrait faire de vous un leader plus rassembleur.

2. Proposez une solution

Vous n’êtes peut-être pas entièrement responsable de la situation, mais rappelez-vous que vous avez le plein contrôle sur vos décisions, actions, réactions et paroles. Vous manquez peut-être d’outils, mais vous avez le contrôle. (Vous avez aussi le choix de vous développer personnellement!)

 

3. Agissez en cohérence

Selon la gravité de votre erreur, c’est-à-dire les impacts ce cette dernière, vous pourriez avoir perdu la confiance de certaines personnes sur certains sujets.

Une personne à l’aise a d’abord été mal à l’aise au moment de l’erreur, puis elle a osé agir selon ses apprentissages. Si vous avez dit que vous géreriez mieux vos émotions, faites-le. Si vous avez dit que vous alliez mettre en place un nouveau système pour vous organiser, faites-le.

Lorsqu’une certaine cohérence entre vos gestes et vos paroles sera remarquée, vous vous distinguerez et gagnerez plus de confiance. Vous serez quelqu’un sur qui l’on peut compter, car vous serez une personne qui apprend de ses erreurs.

Une personne qui prend la juste responsabilité de son erreur, qui le dit et qui propose ou cherche des solutions pour que cette erreur ne se reproduise pas, est une personne qui gère très bien ses erreurs.

 

 

Voici comment gérer les erreurs de vos collaborateurs

Certains gestionnaires sont tellement exigeants que les collaborateurs n’osent pas faire des erreurs. Ces gestionnaires sont généralement très exigeants envers eux-mêmes. Cela dit, pour permettre plus d’erreurs de la part de leurs collaborateurs, ils peuvent :

 

1. Être plus à l’aise avec leurs propres erreurs.

Arrêtez de vouloir être parfait, agissez, prenez la responsabilité, apprenez et ajustez vos actions dans le futur.

 

2. Inviter les autres à suivre le processus décrit ci-dessus.

C’est-à-dire, ne pas écoutez des justifications outre mesure où le blâme y est très présent. Plutôt, tentez de faire voir à la personne quelle est sa responsabilité dans ce qui s’est passé. Éclairez aussi sur les impacts de l’erreur. Demandez à la personne ce qu’elle va mettre en place pour minimiser le risque d’erreur dans le futur.

Il peut être difficile pour certains de communiquer ses émotions, si c’est le cas, suivez les conseils de cet article sur comment communiquer ses émotions.

3. Être honnête avec eux-mêmes

En tant que gestionnaire, avez-vous offert le juste encadrement selon le niveau de la personne et en tenant compte de son ancienneté dans le poste? Dans le cas contraire, indiquez aussi à la personne comment vous pourriez l’aider dans le futur.

 

Et le problème contraire… quelqu’un qui fait trop d’erreurs!

Si une personne de votre équipe ne semble pas apprendre de ses erreurs ou ne semble pas prendre sa responsabilité (elle ne communique pas à ce sujet ou ne propose pas de solution) et que vous avez vraiment essayé de lui faire voir les impacts, vous avez peut-être besoin de prendre une décision courageuse.

 

 

Conclusion

En terminant, l’invitation ici afin d’être plus à l’aise avec ses erreurs est d’apprendre à mieux accepter vos erreurs, en les avouant, en prenant la juste responsabilité et en mettant en place des solutions. Quelques fois il s’agit simplement de demander de l’aide de ses pairs et les solutions émergent.

Vous pourrez ainsi accompagner vos collaborateurs à eux aussi accepter mieux leurs erreurs et au besoin, à prendre des décisions courageuses!

L’autoformation en ligne « Développer votre courage managérial et votre capacité à déléguer » peut s’avérer une aide précieuse! Consultez les détails en cliquant ici.

 

 

 

 

 

 

guide à télécharger

*Nouveau guide*: Avoir des conversations difficiles efficaces et bienveillantes.

Avoir des conversations difficiles et oser régler ses conflits sont des actions qui peuvent réellement se transformer en un levier extraordinaire pour plus de performance, plus de satisfaction et plus de profondeur dans les relations.

Recevoir le guide sur les conversations difficiles

C'est parti! Vérifiez votre boîte courriel!