Vous êtes-vous déjà fait dire: prends plus ta place! Exprime ton leadership! Sois un leader! Si tel est le cas, que pensez-vous que « Prendre sa place de leader » signifie? Dans quelle mesure comprenez-vous vraiment ce qui est attendu de votre leadership?

Cet article présente 5 points qui sont rappelés à mes coachés par leur supérieur immédiat, lorsque nous sommes en rencontre de bilan. Alors si vous vous faites dire d’exprimer plus votre leadership et de prendre votre place, cela pourrait très bien être en lien avec ces points.

(Cela dit, il n’y a rien de mieux que de le demander directement à votre supérieur immédiat. 😉)

Voici 4 thèmes dans lesquels on peut observer les qualités de leadership avec des situations typiques et des exemples de ce que vous pourriez faire pour prendre plus votre place.

1. Gestion du temps et des réunions

Cela peut avoir l’air banal, mais 95% du temps, les premiers exemples qui ressortent en rencontre de bilan sont en lien avec le fait de prendre plus (et mieux) sa place dans les réunions ainsi que de mieux gérer les priorités. Certains patrons vont exprimer que le coaché a besoin de plus déléguer, mais l’enjeu derrière est la gestion des priorités!

Dans les réunions
Agir selon son rôle

Pour prendre sa place, il faut agir selon son rôle et les attentes envers ce rôle. Par exemple :

  • Si vous êtes gestionnaire de projet, assurez-vous d’avoir les réponses dont vous avez besoin : posez des questions!
  • Si vous êtes collaborateur et qu’il y a un élément que vous ne comprenez pas ou n’êtes pas d’accord : posez des questions! Si vous avez un poste de gestion, on s’attend probablement de vous que vous participiez, et posiez des questions!
  • Si vous êtes en position de décider et qu’il vous manque des informations : posez des questions et décidez. 
Il est vrai que les plus grands leaders écoutent d’abord.
Oui, et écouter n’est pas être passif!
Il faut poser des questions, écouter et au besoin ajuster ce qui doit l’être.

L’écoute est la plus grande compétence de communication, j’en parlais dans cet article.

Recadrer ce qui doit l’être

En tant que leader, ou facilitateur de la rencontre, vous avez le rôle de mener la rencontre. Ce qui veut dire : gérer les discussions, ramener à l’agenda, s’assurer qu’il y a un résumé / suivi ou une conclusion.

Par exemple : Une personne fait dévier la discussion vers un point important pour elle, mais pas nécessairement pour le groupe ou en lien avec l’agenda de la réunion? Ne faites pas « perdre » le temps aux autres participants et offrez à cette personne d’en parler à la fin de la réunion où vous laisserez les autres partir. « Je constate que ce point est important pour toi, gardons du temps à la fin pour s’en parler et profitons que nous sommes tous ensemble pour avancer sur l’agenda du groupe. »

Ce n’est pas toujours confortable de prendre sa place.

Mieux s’adapter à ses interlocuteurs

Un leader n’oublie jamais à qui s’adresse la réunion et adapte la présentation et le contenu à ses interlocuteurs.

Ce qu’il y a à adapter : le niveau de détail, la pertinence des informations, la vulgarisation. Pensez à ce que votre interlocuteur veut savoir, pas à ce que vous voulez lui dire. Il y a une nuance.

Pour plus de conseils sur les réunions, vous pouvez voir cette formation vidéo d’une heure.

En gestion du temps

Un leader qui prend sa place, est à la bonne place et fait la bonne chose, au bon moment! Il sait prioriser. Souvent, les gestionnaires en prennent beaucoup sur leurs épaules. Ils ont généralement été nommés car ils avaient une capacité de livrer les dossiers et étaient des personnes clés dans l’équipe ou dans l’organisation. Simplement, les attentes en gestion sont différentes. Une gestion de temps optimal aura un impact positif sur votre énergie, votre stress et votre satisfaction!

 

2.  Avec ses collaborateurs

Prévenir les pertes d’engagement et de mobilisation

Votre présence est requise avec vos équipes. Vos collaborateurs ont besoin de vous voir, vous entendre et comprendre quels sont les objectifs, la direction et la vision. Si vous êtes trop dans les opérations, vous manquez une belle opportunité de prendre votre place en tant que leader… et peut-être en laissez-vous trop à l’expert!

Gérer les situations problématiques au bon moment

Le leader qui prend sa place sait choisir ses batailles et agir au moment pertinent. Il laisse les choses aller tout en agissant au bon moment. Les conflits sont réglés dans un temps raisonnable et les problèmes de performance aussi.

Vous êtes leader, et aussi médiateur, et aussi gestionnaire. Le leader mobilise et influence autour d’une vision, le médiateur développe l’autonomie de régler les problématique et le gestionnaire s’occupe des situations qui sont plus complexes et les règlent.

Agir en leader c’est être proactif en général. Vous voyez une situation venir? Un conflit qui va potentiellement dégénérer? Une situation qui se répète? Agissez 😊

 

3. Avec ses collègues

Plus vous allez gravir les échelons, plus vous allez devoir prendre du temps pour vous synchroniser avec vos pairs et comprendre quels sont les impacts de vos décisions et actions sur l’ensemble de l’organisation.

Agir en leader c’est agir non seulement avec son équipe « verticale », mais aussi avec son équipe « horizontale ».  La plupart des organisations souffrent de silos, en même temps chaque leader peut avoir un impact anti-silo en travaillant plus en équipe avec ses collègues.

Si vous trouvez cela « politique », dites-vous que le sens politique bien exécuté est positif pour vous et pour l’organisation. J’en parlais dans cet article.

 

4. Avec ses patrons 

Si vous avez été nommé à un poste de gestion, c’est que vous le méritez et que vous en avez le potentiel. Cela ne veut pas dire que vous n’avez rien à améliorer.

Travailler sur l’amélioration continue

Généralement il faut être alerte sur l’amélioration de : ses compétences, de la composition de son équipe et sur les processus. Plus vous serez proactif et aligné avec votre patron, plus votre relation devrait être fluide avec ce dernier.

Et pour prendre sa place en tant que leader, si vous voyez quelque chose qui ne semble pas ajusté, c’est le temps de proposer quelque chose ou de soulever le point. Attention ici, si vous êtes la personne qui ne fait que soulever des points et n’agit pas ou ne propose pas de solution, vous serez plus perçu comme quelqu’un qui critique que quelqu’un qui lead.

Si vous recevez souvent la même rétroaction d’amélioration, il est peut-être temps de prendre les choses en main!

Faire voir les succès

Reconnaître et nommer ses bons coups est essentiel si vous voulez faire valoir votre place. Les gestionnaires sont souvent seuls, et à cause de cela personne ne remarque les bons coups et les changements que vous opérez.

Pour qu’on les voit, il faudra les nommer. Il faudra réseauter. Il faudra se faire voir et être présent. On pense à ceux que l’on voit et que l’on connaît 🤷‍♀️

 

En conclusion

Prendre sa place en tant que leader c’est répondre aux attentes que l’organisation a envers ses leaders.  Généralement, les organisations s’attendent à ce que ses leaders soient proactifs sur les processus à revoir, proactifs sur la gestion des réunions, proactifs sur la gestion des ressources humaines (conflit, embauche, restructuration).

L’organisation s’attend à ce que vous preniez les choses en mains et que vous les faites avancer sans que quelqu’un vous le dise, et que cela se fasse en toute rentabilité et harmonie.

Développez les compétences, demandez et osez, car prendre votre place augmentera votre crédibilité et votre confiance en vous!

guide à télécharger

*Nouveau guide*: Avoir des conversations difficiles efficaces et bienveillantes.

Avoir des conversations difficiles et oser régler ses conflits sont des actions qui peuvent réellement se transformer en un levier extraordinaire pour plus de performance, plus de satisfaction et plus de profondeur dans les relations.

Recevoir le guide sur les conversations difficiles

C'est parti! Vérifiez votre boîte courriel!