Vous savez la petite voix qui vous dit que vous auriez pu faire mieux? Que vous ne réussirez pas cette épreuve? Que vous auriez pu vous forcer un peu plus? Que vous n’êtes pas capable de ceci ou de cela…

Il arrive que ma voix méchante et négative prenne le dessus sur ma voix gentille et positive. C’est comme si elles se battaient et cherchaient une gagnante. Pour que la voix positive gagne, je décide de la nourrir. Je lui donne des forces. J’apprends donc à dompter la voix négative. Vous pouvez imaginer deux animaux, deux chiens par exemple, si vous nourrissez le chien positif, il sera toujours plus fort que le chien négatif et pourra gagner les batailles qu’ils auront ensemble.

Voyons quelques trucs pour gérer sa petite voix intérieure.

Truc #1 : Nourrir sa voix positive

  • Donnez un symbole à votre voix positive, un autre à votre voix négative. (un chien positif un chien négatif, un chat un chien, un ange un démon, une Xbox une PS4, une Volkswagen une Honda…bon vous comprenez le principe.)
  • Sachez reconnaître laquelle vous parle.
  • Nourrissez la voix positive avec des affirmations. Une affirmation est une phrase simple, au présent.
    • Je suis capable de …
    • J’ai le droit de …
    • J’ai la volonté de …
    • Je suis libre.
    • Je suis heureux.
    • Je réussis à …
    • Je passe un bon moment.
    • Ma journée est bien démarrée.
    • Je peux…
    • Etc.
  • Faites en une habitude, continuez de la nourrir, elle prendra de plus en plus de force.

==> Et si la voix négative était très très forte, voici d’autres trucs coups de pouce!

  • Écrivez vos affirmations sur papier, autant de fois que votre voix négative ne se sera pas tait.  Exemples :
    • Je vais réussir cet examen. (Franchement tu n’as pas assez étudié !)
    • Je vais réussir cet examen. (Tu n’auras pas une bonne note.)
    • Je vais réussir cet examen. (Oublie ça.)
    • Je vais réussir cet examen. (…)
    • Je vais réussir cet examen.
  • Prenez une marche énergisante: Allez prendre l’air 10 minutes ou plus. Pendant que vous marchez, listez ce que vous avez fait de bien durant votre journée, ou ce que vous voulez bien faire aujourd’hui.

Soyez indulgent avec vous-même ! Ne soyez pas votre propre ennemi.

Truc #2 : Nommez ce qui se passe

Exemple #1 : Vous avez une rencontre importante avec des collègues, juste avant la rencontre vous vous disputez avec un de vos proches ou vous apprenez une mauvaise nouvelle sur le plan personnel.

Exemple #2 : Vous avez une rencontre et vous êtes ennuyé par l’agenda ou un de vos collègues. Cela vous rend impatient et vous avez du mal à contrôler votre non verbal.

  • Option A : Faites mention au groupe que vous n’êtes pas à votre meilleur en ce moment et que vous allez faire de votre mieux pour être présent.
  • Option B : Concentrez-vous sur le sentiment que vous avez à l’intérieur de vous (frustration, irritation, tristesse, etc.). Nommez-le dans votre tête : Je suis irrité.
  • Option C : Si vos pensées sont nombreuses et que vous avez quelques minutes devant vous, notez vos pensées sur un bout de papier. Elles resteront là pendant que vous serez présent ailleurs. Vous pouvez aussi symboliquement jeter ce papier.

Nommer ce qui se passe devrait faire en sorte d’accepter ce qui se passe en vous et ainsi donner toute la place à votre présence.

 

Quels sont vos trucs à vous?

15% de rabais sur la formation en ligne pour les abonnés à l'infolettre.

Commencez dès maintenant à créer un futur plus performant! (apprendre librement et à prix invitant, qu'en pensez-vous?)

😎Recevez chaque 2 semaines des conseils gratuits pour vous aider à développer votre leadership.

Vous êtes maintenant abonné!