Besoin d’innover? Voici une posture à intégrer.

Besoin d’innover? Voici une posture à intégrer.

Le contexte actuel est sans précédent et le besoin d’innover est bien présent. En l’espace de quelques mois, la façon dont nous travaillons, dont nous interagissons et donc nous vivons ensemble a changé. Les organisations ont un besoin d’innover face à ces nouveaux problèmes. Elles ont besoin de trouver des solutions.

Dans ce contexte incertain, les organisations ont besoin d’innover – soit de générer des nouvelles idées pour répondre à un besoin tangible et concret.

Pour générer des nouvelles idées, il existe des milliers d’exercices de remue-méninges. L’Internet regorge de façons d’utiliser des post-it pour penser « hors de la boîte ». D’ailleurs nous en parlons dans une de nos formations en ligne: Générer des idées.

Si les techniques d’idéation sont importantes, il faut avant tout s’assurer d’avoir la bonne posture.

La capacité de générer des nouvelles idées se trouve dans l’ouverture, dans l’acceptation des idées des autres et dans l’écoute.

Sans cette posture, les post-it ne servent pas à grand-chose 🙂

Convergence ou divergence?

La première phase de l’innovation se caractérise par la divergence. On veut s’assurer qu’avant de choisir les solutions à mettre en place pour répondre au problème qu’on ait bien explorer toutes les options possibles.

La divergence est de créer des choix, tandis que la convergence est de faire des choix.

Une clé intéressante pour incarner cette posture d’ouverture que demande le besoin d’innover, est d’accepter plus les idées des autres et d’améliorer son écoute.

Cette posture deviendra plus facilement accessible pour chaque participant en utilisant le « Oui, et ».

 

L’origine du “Oui et” et le lien avec le besoin d’innover

Tiré du monde de l’improvisation théâtrale, le « oui, et » consiste à écouter les nouvelles propositions, à les accepter et à bâtir sur celles-ci. Le « Oui, et » est essentiel pour les improvisateurs et c’est d’ailleurs la première chose qu’on leur enseigne.

Quand on y pense, l’improvisation est l’incarnation même d’agir dans l’incertitude!

Les comédiens entrent sur scène en n’ayant aucune idée de ce qu’ils joueront dans la prochaine heure! Ils ont cependant confiance qu’ils arriveront à créer quelque chose de nouveau, sur le moment, parce qu’ils savent que toutes les propositions qu’ils amèneront seront accueillies par un « Oui, et ».

Si un comédien amorce la scène en disant à l’autre comédien « Wow, quelle pluie aujourd’hui » et que l’autre répond par « Non, il fait soleil ». Hop la scène se termine dans un grand malaise (pour les comédiens et pour le public).

Dans le cas contraire, si l’autre répond par « Oui, quelle pluie. Et si nous allions au cinéma ». Hop, la scène continue. C’est par le « Oui, et » que les improvisateurs arrivent à un résultat complètement nouveau en construisant pas à pas, idée par idée.

 

Testez le “Oui, et”

Voici donc un exercice que vous pouvez faire avec votre équipe avant une séance d’idéation pour pratiquer ce concept de « Oui, et ».

Débutez par le contraire… jouez le jeu du Non!

 

Offrez à votre équipe une première mise en situation, soit « Organiser un pique-nique en mode “Non”. »

Un premier participant va proposer une idée. Le deuxième répondra par “Non [avec une excuse]. Le troisième participant proposera une nouvelle idée. Ce à quoi le quatrième participant répondra aussi “Non [avec une excuse]”. Et ainsi de suite.

Assurez-vous que tous soient en mode “Non”, c’est un jeu!

 

Offrez maintenant à votre équipe une deuxième mise en situation, soit « Planifier un long weekend en mode “oui, et”. »

Un premier participant va proposer une idée. Le deuxième répondra par “Oui, et [avec une nouvelle idée qui bâtit sur celle-ci]”. Le prochain participant répondra aussi “Oui, et [avec une nouvelle idée qui bâti sur celle-ci]. Et ainsi de suite.

Assurez-vous encore que tous jouent le jeu!

 

Prenez ensuite un moment de réflexion en groupe et discutez :

• Quelle est la différence d’énergie entre le “Non” et le “Oui, et”?
• Qu’avez-vous remarqué sur les idées générées?
• Dans quelle situation avez-vous tendance à aller vers “Non” versus “Oui, et”?

 

Et donc, si vous avez besoin d’innover…

En période de stress, d’incertitude, notre tendance naturelle peut nous amener à inconsciemment répondre « Non » ou « Oui, mais » (un « non » déguisé!) car cela nous amène un sentiment de contrôle.

Soyez vigilant, au bout d’un moment, si nous répondons toujours « Non » les membres de notre équipe auront tendance à ne plus proposer d’idées… idées dont nous avons besoin pour innover!

Pour répondre au besoin d’innover et donc avoir accès à toutes les idées, à l’expérience et à la créativité des membres de nos équipes, donnez-vous la permission de diverger… avant de converger et de passer à l’action!

Nous pouvons accompagner votre équipe pour mieux agir dans l’incertitude avec notre formation virtuelle pertinente, concrète et remplie d’outils. Contactez-nous à ce propos.

7 étapes pour dire non sans se faire des ennemis

7 étapes pour dire non sans se faire des ennemis

Il n’est pas toujours facile de dire non à un patron, à un collègue ou encore un ami au travail. Mes clients sont souvent tiraillés entre leur charge de travail, le nombre d’heures qu’ils voudraient travailler et leurs ambitions. Ils disent plus souvent « oui » parce qu’ils ne veulent pas mal paraître, ou se sentent obligés. Il n’y a rien de mal: mes clients sont des gens engagés qui aiment et visent les résultats. Pour certains, dire non représente pour eux de la non-collaboration et ce n’est pas ce qu’ils désirent dégager.

Avec ce type de client, une des stratégie que j’applique est d’établir l’image qu’ils veulent dégager (et le pourquoi!), puis nous établissons un plan qui correspond à leur ambition en y incluant diverses façons, saines, d’arriver à leurs buts.

Une habitude est d’apprendre à dire non sans se faire des ennemis 🙂 (suite…)

Productivité : Ici on ne livre rien entre 9h et 17h

Productivité : Ici on ne livre rien entre 9h et 17h

La semaine dernière avait lieu l’ouverture de la Tour Deloitte. Cette tour offre un environnement de travail moderne, avec plusieurs types de configuration et aucun bureau fixe, peu importe votre statut.

Cela m’a fait réfléchir à la productivité et aux environnements de travail. Pour avoir travaillé durant plus de huit ans pour Ubisoft Montréal dans un environnement similaire (d’accord un peu moins moderne à cette époque, mais sur le principe similaire), je me questionne toujours sur le meilleur type d’environnement pour la productivité.

Chez Ubisoft, j’ai commencé à remarquer que mes collègues disaient souvent : « Si tu veux avoir du temps de travail de qualité, rentre tôt ou fini tard, car entre 9h et 17h, ici, on ne livre rien ». Des années plus tard, même à 7h du matin, plusieurs bureaux étaient déjà occupés. (suite…)

Êtes-vous plutôt orientés sur les résultats?

Êtes-vous plutôt orientés sur les résultats?

Pour faire suite au billet Êtes-vous plutôt orientés vers les solutions ou vers les résultats .

Essentiellement, la personne plutôt orientée vers les solutions sera celle qui puisera dans les problèmes expérimentés par le passé et tentera d’en comprendre les causes. Son objectif est de trouver les meilleures solutions pour éviter que ces « erreurs » ne se reproduisent plus dans le futur.

La personne plutôt orientée vers les résultats sera celle qui a bien conscience des problèmes passés, et malgré cela, elle concentrera plutôt son travail sur ce qui a fonctionné. Son objectif est de répéter ce qui fonctionne. Pour ce faire, elle adaptera les méthodes à succès de projet en projet, de dossier en dossier.

Restons donc du côté résultats. Qu’est-il possible de faire en amont pour créer plus de projets et dossiers à succès? Comment faire concrètement pour adapter les recettes gagnantes des autres? (suite…)

Orientés vers les solutions ou orientés vers les résultats?

Orientés vers les solutions ou orientés vers les résultats?

Les gestionnaires devraient-ils être plutôt orientés vers les solutions ou plutôt orientés vers les résultats selon vous?

La position du gestionnaire dans ces deux scénarios et très différente : l’un analyse les problèmes et fourni des réponses, l’autre reconnait le problème et bâti sur les succès. Voici les nuances que je fais et quelques trucs pour vous situer et apporter des améliorations à votre style de gestion. (suite…)