Mon outil de priorisation (Déléguer 1/2)

Mon outil de priorisation (Déléguer 1/2)

Vous est-il déjà arrivé de vous rendre compte que vous travailliez trop ou que les livrables n’étaient pas satisfaisants?

Vous savez, vous travaillez sur quelque chose, et à un moment vous vous sentez embourbé, pressé, frustré. Et si ce n’est pas vous, c’est une personne qui vous remets un dossier…

  • Non conforme aux attentes.
  • Pas livré en temps.

Voici mon outil de priorisation.

Cette série de deux articles débute par la priorisation. Bien prioriser contribue aux attentes claires.

Le prochain article sera sur ‘Énoncer ses attentes clairement’, pour ne pas le manquer, abonnez-vous en cliquant ici.

J’ai développé un système de priorité qui fonctionne en utilisant deux bonnes pratiques:

  1. La Matrice d’Eisenhower (le 34e président des États-Unis, ancien général dans l’armée). En résumé c’est quatre cadrans avec les notions d’importance et urgence qui permettent de décider facilement ce qu’il faut faire avec une tâche (faire, laisser-faire, déléguer).
  2. La philosophie d’agilité : impact, valeur et risque.

La Matrice d’Eisenhower

Ce que j’ai fait dans mon outil, c’est d’ajouter des critères de décisions qui donnent des indicateurs. Selon la combinaison des indicateurs, vous savez exactement quoi faire avec la tâche.

  • Important – Urgent : À faire
  • Non important – Urgent : À déléguer
  • Important – non urgent : Idéalement à déléguer si vous avez le temps
  • Non important – non urgent : Éliminer ou déléguer, à vous de juger, et ce peu importe la combinaison jaune/vert. Ce qui est certain, c’est que deux indicateurs verts n’ont pas lieu d’être dans votre liste de tâche, à moins que vous n’y fassiez là un choix éclairé.

Cet outil, un fichier Excel complet, qui place les indicateurs pour vous, est disponible en téléchargement dans la formation en ligne sur le sujet, voyez les détails ici.

 

Comment choisir les tâches à déléguer?

Voici cinq critères pour classifier vos tâches:

  1. Impact
  2. Valeur
  3. Délai
  4. Risque
  5. Qui

 

1. L’impact (importance)

Quel sera l’impact de la complétion de la tâche? Plus l’impact est grand, plus la tâche est importante.
• Attend-on après vous?
• Bloquez-vous le système en ne livrant pas cette tâche?

En tant que leader, assurez-vous que vous mettez de l’huile dans le système. Si vous bloquez le système en ne faisant pas une tâche, mettez-là en haut de votre liste, en lien avec son délai.

Pour décider si vous mettez rouge, jaune ou vert: vert a peu ou pas d’impact sur les autres / jaune moyennement / rouge bloquera le système.

 

2. Valeur (importance)

Quelle est la valeur créée pour l’organisation, par la réalisation de cette tâche? Plus la valeur est présente, plus c’est important.

La valeur d’une tâche est en lien avec la satisfaction des clients ou des personnes “à la sortie” de votre tâche. Est-ce que ceci fait vraiment une différence pour la finalité de l’entreprise, pour les clients?

• Cette tâche est-elle reliée à un objectif organisationnel?
• Facilite-t-elle la réussite de l’organisation?

Pour décider si vous mettez rouge, jaune ou vert: vert a peu de valeur pour l’organisation / jaune moyennement / rouge peut même nuire à l’atteinte des objectifs organisationnels.

 

3. Le délai (urgence)

Quel est le délai réel pour faire cette tâche? Plus le délai est rapproché, plus la tâche est urgente.
• Avez-vous tendance à tenir pour acquis que les tâches sont urgentes?
• Avez-vous l’habitude de valider les échéances?
• Avez-vous l’habitude de revalider le besoin lorsqu’une tâche est dans votre liste depuis un bon moment?

Vous pourriez être surpris.

Une fois une personne m’a demandé de créer une offre de service de formation sur mesure. Son besoin n’était pas très clair. Il venait d’avoir l’idée. Il voulait quelque chose pour discuter avec son associé. C’était urgent. Style hier, mais possible aujourd’hui. 🙂

En discutant, j’ai tenté de comprendre les enjeux. Il fallait convaincre un associé, mais le besoin n’était pas clair sur quoi.

De mon côté mon horaire était rempli, et lui fournir quelque chose de pertinent aurait pris 4-6 heures et son aide. Il n’avait pas le temps. Moi non plus. Le timing n’était pas là.

Je lui ai partagé que pour être plus pertinent, j’aimerais prendre du temps. J’ai proposé une plage horaire la semaine suivante. Il m’a dit: pas de problème.

En 5 minutes nous sommes passés d’une demande urgente, floue, sur laquelle j’aurais planché des heures sans vraiment de résultats, à un rendez-vous posé, quelques jours plus tard.

Ce que ça a pris de ma part: avoir le courage de discuter, proposer et trouver une entente satisfaisante pour les deux.

Une tâche donnée comme « urgente » a souvent tendance à disparaître.

Une tâche qui est dans une liste depuis un certain temps gagne à être revalidée (besoin, pertinence, échéance).

Validez l’importance de la tâche ET l’urgence.

Pour décider si vous mettez rouge, jaune ou vert: vert vous avez plus de 25 jours / jaune 15-25 jours / rouge 15 jours et moins. Vous pouvez ajuster les délais pour votre réalité!

 

4. Risque (urgence)

Quel est le risque associé à cette tâche? Plus le risque est élevé, plus c’est urgent.
• Qu’est-ce qui pourrait être perdu? Un employé? De l’argent? De la crédibilité pour l’organisation?
• Y a-t-il un risque légal?

Pour décider si vous mettez rouge, jaune ou vert: vert aucun risque de perdre quoi que ce soit / jaune il faut agir et il reste du temps / rouge il faut être en action sans plus tarder!

5. Qui

Dans le « qui » il y a deux questions. La première est : qui pourrait faire cette tâche si ce n’était pas vous, et la deuxième est : qui fera la tâche.
L’idée ici est de créer de la clarté sur votre liste, et cette clarté servira à deux choses :
1- Voir les tâches qui pourraient être déléguées plus facilement, à quel type de profil.
2- Voir les tâches que vous gardez parce que vous les aimez et elles font partie de votre zone de confort. Évidemment que vous pouvez garder des tâches qui sont confortables, ceci dit, si elles représentent la majorité de ce que vous faites, j’investiguerais et consulterais le Module sur la gestion du changement et de la transformation, où on parle de la zone de confort!

 

Conclusion

Savoir d’une manière posée, ce qu’il faut faire, ne pas faire ou déléguer est essentiel à une bonne gestion de son temps, de sa valeur et des heures travaillées!

Prenez soin de vous, des autres et respectez votre temps en étant plus alignés avec les besoins organisationnels.

 

Quels sont vos critères de priorisation?

Comment trouver l’équilibre: coacher son équipe en gardant son énergie

Comment trouver l’équilibre: coacher son équipe en gardant son énergie

La photo illustrant cet article provient de l’événement international C2 Montréal. J’y ai passé 3 journées où j’ai participé à l’activité Speed coaching, en tant que coach.

Il s’agissait d’offrir aux participants de cette activité, 30 minutes de coaching sur un enjeu de leur choix. J’ai coaché 13 personnes en 4 jours.

Les questions que j’ai le plus reçues durant l’événement ont été:

Mais… comment tu fais?
Tu dois être fatiguée???
Comment peux-tu les aider si tu ne les connais pas, et que tu ne sais pas de quoi ils vont te parler, et ce dont ils ont besoin?

Donc deux choses ici:

  1. J’ai été capable d’offrir mon maximum de présence à chaque participant, à cause d’un truc hyper simple.
  2. Je suis coach professionnelle, je n’ai pas la pression de réponse, ce n’est pas cela mon travail.
  3. Au besoin je mets une casquette d’expert, c’est une option, et non une fin en soi.

Voici comment j’ai été capable d’offrir le meilleur de moi-même, tout en aidant et en me sentant remplie d’énergie.

Surtout, cela m’a fait pensé à mon parcours de gestionnaire et à mon passage vers un style de leadership coach. Il y avait tellement de gens qui venaient à mon bureau pour DEMANDER quelque chose, pour EXPOSER leurs problèmes.

Moi, pour les aider, je conseillais, je donnais des idées… RÉSOUDRE est énergivore, et n’a rien à voir avec la posture de coach.

J’ai fait cela mille fois: résoudre, solutionner, trouver, organiser.

Vous savez, j’ai toujours été une gestionnaire de bonne foi, je voulais responsabiliser mes équipes, que tous les membres soient motivés, engagés. Je n’y arrivais juste pas.

Pas à cause de mon potentiel, ni de ma volonté. À cause du manque d’outils.

Je déléguais, bien sûr. Sauf qu’en prenant du recul, et si je suis honnête avec moi-même, il est évident que plusieurs solutions venaient de moi, et que je validais énormément de choses.

Cela me stressait, me prenait de l’énergie et commençait à être vraiment lourd à gérer.

C’était sûrement pour gagner du temps que je leur disais quoi faire.

J’aime ça quand ça bouge, voyez-vous. Quand les dossiers avancent. Sauf, que c’est lourd à porter.

Mon patron de l’époque me sauva une TONNE d’énergie en me disant: arrête de donner des conseils, des solutions. Écoute. Les gens ont besoin d’être écoutés.

J’hallucinais. Ne Rien faire??????

Je vous le dis aujourd’hui avec humour, mais à cette époque je ne riais pas. J’étais sérieuse et je voulais livrer TOUT bien, TOUT vite, avec une équipe MOTIVÉE. Et cela, TOUT DE SUITE. haha! petite pointe d’exagération, mais clairement, j’avais du chemin à faire au niveau de la patience 😉

À court d’autres solutions, je l’ai essayé.

ÉCOUTER. Ça a changé drastiquement mes relations… mais les gens ne partaient plus de mon bureau!! Je n’avais pas plus d’énergie. Il fallait passer à l’étape suivante.

Pour vous remettre en contexte, c’était en 2009, le coaching se démocratisait. Je suis allé suivre une formation de “gestionnaire-coach” et me suis mis à lire des livres sur le sujet.

J’ai appliqué. J’ai continué d’écouter ET j’ai commencé à changer de posture. Entre autres à POSER DES QUESTIONS et à faire preuve d’un peu plus de patience.

Je demandais à ceux qui venaient à mon bureau partager des problèmes, quelles solutions pensaient-ils mettre en place. Comment pouvaient-ils transformer le problème à leur avantage ou en apprentissage. Quelle serait la prochaine action. etc.

J’en avais des questions. Et j’attendais leur réponse. S’ils ne trouvaient pas sur le champs, j’attendais tant que cela ne mettait pas un risque trop élevé sur les livrables.

Au début, mon équipe me regardait bizarrement. Ils m’ont même évité pendant quelques jours. Je transférais une partie de la responsabilité, je leur demandais de transformer leur façon de faire. Ce n’est pas très confortable. Ni pour eux ni pour moi.

Il fallait s’ajuster.

L’ajustement a été de choisir le style de leadership coach sur les dossiers les moins risqués, cela rendait tout le monde confortable. Et de fil en aiguille, ça été de plus en plus de dossiers, et tous nous avions de plus en plus confiance en nous, aux autres.

Mon quotidien a vraiment changé, mon rôle me DONNAIT de l’énergie. Ma motivation augmentait.

Les relations avec l’équipe ont pris un nouveau sens. Nos résultats ont été atteints plus rapidement, plus facilement.

Je suis devenue encore plus curieuse sur le coaching. Ce truc fonctionnait vraiment! Je me suis inscrite à une formation en coaching professionnel. Vous connaissez la suite.

Et c’est pour cela que coacher 14 inconnus en 3 jours dans une BMW m’a donné de l’énergie. Des personnes que je ne connaissais pas. À qui j’ai pu offrir le meilleur de moi-même.

C’est pour cela que je n’avais pas la pression de devoir maîtriser leurs sujets pour les aider.

Cela a permis des percées indescriptibles, certains m’ont dit que cela avait changé leur vie. C’est fou. En 30 minutes.

Je vous partage cette histoire comme une preuve que lorsqu’on offre à quelqu’un du temps, de l’écoute, de la présence, de la connexion, on offre un cadeau indescriptible.

Je dis aussi que lorsqu’on est bien assis dans sa posture de coach, on aide vraiment les autres à débloquer.

Je dis aussi que si vous désirez être un gestionnaire-coach et avoir un impact plus positif sur votre entourage, c’est possible, c’est accessible.

Ça n’arrivera pas en 24h. Cela arrivera avec volonté, outils et … écoute!

  • Si vous êtes prêts à en savoir plus sur les compétences du gestionnaire et les styles de leadership, et la clarté de votre rôle par niveau de gestion, je vous invite à suivre la formation Gérer et Mener.
  • Si la gestion de vos émotions et votre stress est encore plus importante en ce moment que la clarté de votre rôle, c’est la formation Gérer votre stress et vos émotions qui est un must.
  • Si c’est l’écoute et la clarté de vos messages que vous voulez améliorer, apprenez à Communiquer autrement.

 

L’outil pour vous: Écoute/Question/Action/Suivi

Si vous sortez du mode “donner la solution” et que vous passez du côté écoute/question/action/suivi, vous verrez plusieurs choses se produire:

  1. des solutions que vous n’avez peut-être jamais imaginé
  2. la motivation, l’énergie, l’engagement va augmenter, vous allez enfin pouvoir vous attaquer aux dossiers stratégiques
  3. que c’est bien plus plaisant de terminer ses journées motivé et énergique!

Pour appliquer écouter/question/action/suivi quand quelqu’un vient vous faire une demande

  1. Écoutez la demande de la manière la plus objective dont vous êtes capable (parce que c’est certain que vous allez avoir des idées de solutions.. mais shhhtt! Écouter n’est pas parler.)
  2. Demandez à la personne ce qu’elle s’attend de vous en vous partageant son problème
    • si c’est une solution ou un conseil que la personne vient vous demander, retournez-lui la question et demandez ce qu’elle ferait
    • si c’est de l’écoute, écoutez là et passez au point 4.
  3. Aidez là à structurer sa pensée au besoin, mais le simple fait de lui permettre de partager à voix haute devrait déjà résoudre une bonne partie du problème!
  4. Demandez-lui quelle action elle va prendre, qu’elle sera sa prochaine étape. (L’action permet de débloque!)
  5. Demandez-lui quand elle viendra vous tenir au courant des développements, autrement dit, entendez-vous sur un suivi. Si la personne ne revient pas, allez vers elle au moment convenu. Restez proactif et démontrez votre intérêt en vous renseignant sur comment vont les choses.

 

Conclusion

Ce que j’ai fait pendant ces 3 jours, à C2 Montréal, c’est de ne pas prendre sur moi de RÉSOUDRE.

J’ai aidé des personnes à trouver leurs propres solutions. J’ai ÉCOUTÉ. J’ai QUESTIONNÉ pour susciter des prises de conscience, pour trouver les ENJEUX et j’ai invité à l’ACTION.

Le suivi s’est passée de façon mutuelle, soit moi, soit eux. Sans stress.

 

Selon vous, quelles sont les avantages et les limites du style de leadership coach?

Your content goes here. Edit or remove this text inline or in the module Content settings. You can also style every aspect of this content in the module Design settings and even apply custom CSS to this text in the module Advanced settings.

Besoin d’énergie?

Besoin d’énergie?

pBien que notre réservoir d’énergie soit unique, il y a des causes communes de pertes d’énergie ainsi que des solutions pour augmenter son énergie.

Il est aussi vrai que certaines périodes de l’année sont plus énergivores que d’autres. Ceci étant dit, il est à disposition de chacun de prendre soin de soi, de prendre soin de son réservoir d’énergie.

Plus facile à dire qu’à faire?

Voyons ici trois causes de pertes d’énergie, des pistes de réflexion ainsi que deux solutions pour avoir plus d’énergie.

 

Cause de perte d’énergie possible #1: Être constamment en mouvement

besoin-denergie-stitre1Attaquer les urgences et régler multiples situations peut être très stimulant. Toutefois, à la longue et sur une base récurrente, une telle intensité crée des impacts sur votre énergie…

C’est qu’à force d’être en mouvement, vous pouvez oublier le plus important: vous anticipez moins car vous avez moins de recul. Vous anticipez moins les impacts de vos actions, vous avez moins de recul sur les situations.

Des exemples:

  • Au travail, votre horaire est plus que rempli. Vous faites des heures supplémentaires. Vous mangez à votre bureau ou avez toujours des lunchs d’affaires. Bref, jamais de pause.
  • À la maison, vous avez la famille, les tâches ménagères, les activités, etc. Bref, jamais de moment personnel.
  • Votre vie sociale est remplie, chaque soir de la semaine vous avez une activité et passez les weekends à faire des activités aussi. Bref, du “repos”, en action.

En fait, vous êtes “trop” en mouvement pour vous lorsque vous ne pouvez être seul, ou que vous ne savez plus quoi faire quand vous avez des moments où rien n’est planifié. Le manque de recul, ou de perspective sur vos actions peut générer des pensées et des émotions négatives envers soi et envers les autres.

Quelques pistes de réflexion:

  1. Pourquoi suis-je dans l’urgence ?
  2. Qu’est-ce que je cherche fondamentalement à satisfaire?

Des solutions? Il y en a au bas de l’article.

 

Cause de perte d’énergie possible #2: Laisser (trop) aller les choses

Si vous êtes constamment en mouvement, cela ne veut pas dire que vous ne laissez pas (trop) aller les choses importantes. Trop laisser aller les choses crée généralement un malaise général dans les relations.

Quelques pistes de réflexion?

  1. Êtes-vous trop patient dans une situation?
  2.  Laissez-vous aller votre santé, vos loisirs, votre bonheur?

Trouver l’équilibre entre laisser de l’espace et être en action!

Cause de perte d’énergie possible #3: Négliger sa vie personnelle

Si vous travaillez beaucoup, ne faites pas d’exercice chaque jour, dormez moins, ne mangez pas sainement, ne prenez pas régulièrement le temps pour ce qui est important pour vous, vous négligez votre vie personnelle.

Imaginez que votre corps est votre véhicule : il a besoin d’entretien, d’essence, de nettoyage pour bien fonctionner, de soin! Pour votre véhicule, c’est facile, vous pouvez le réparer au garage, ou en acheter un autre. Moins évident avec votre corps…

Si vous avez des soucis, de l’anxiété et que vous ne vous occupez pas assez de votre santé mentale, c’est la même chose : vous ne réussirez pas si vous êtes en maladie.

Quelques exemples de problèmes qui peuvent arriver si on néglige sa vie personnelle :

  • problèmes de santé;
  • problèmes relationnels;
  • problèmes de sommeil;
  • difficulté à gérer ses émotions.

 

Si vous souhaitez approfondir le sujet, je vous propose d’en apprendre plus avec la formation en ligne Augmenter son énergie.

 

Pistes de réflexion:

  1. Si ce que vous vivez est temporaire ou circonstanciel, quand prévoyez-vous que la situation se replace?
  2. Comment serait votre quotidien si vous ne négligiez pas votre vie personnelle?

 

Solution #1 pour remplir son besoin d’énergie: Savoir reconnaître et poser ses limites

Reconnaître ses limites

Cela passe par s’arrêter et faire le point. Dans quelle mesure vous allez bien, dans les différentes sphères de votre vie? Quelles limites êtes-vous en train de repousser?

Poser ses limites

  • Apprenez à nommer et exprimer vos limites, avant que cela ne soit trop tard ou que vous n’ayez accumulé trop d’émotions ou de stress.
  • Questionnez-vous à savoir si vous comprenez bien les attentes des autres? Les attentes de votre patron (dates de livrables, qualité, etc.) Ou encore les attentes de votre conjoint(e), de votre famille. Peut-être en faites-vous simplement trop!

La clarté est la solution de bien des maux!

Solution #2 pour remplir son besoin d’énergie: Faire plus de ce que vous aimez

Utiliser ses forces, ses intérêts, avancer vers ses aspirations donne de l’énergie

  • Au travail, votre rôle vous permet-il de faire ce que vous aimez et de faire ce à quoi vous êtes bon?
  • Avez-vous du temps pour vos passions, vos relations, prendre soin de vous?

Essayez de voir comment intégrer au moins UNE chose que vous aimez dans votre quotidien ou quelques fois par semaine. Si c’est une fois par semaine qui fonctionne pour vous, c’est parfait, pourvu que vous ajoutiez quelque chose.

Conclusion

En conclusion, si vous avez besoin d’énergie, trouvez l’équilibre entre l’action, la contemplation et assurez-vous d’avoir de la clarté ainsi que d’être en mesure de poser ses limites.

Poser ses limites est bien, souvent, envers nous!

D’autres trucs sont au niveau de la gestion du temps, apprenez-en dans la formation en ligne Augmenter son énergie.

Au plaisir de lire vos trucs dans les commentaires!

Comment mieux gérer les conflits?

Comment mieux gérer les conflits?

Vous est-il déjà arrivé de ne pas faire autrement que de générer des conflits avec des personnes que vous êtes, en quelque sorte, obligé de côtoyer?

Je ne parle pas ici de conflits « sains », c’est-à-dire ceux qui permettent d’avancer, de se questionner et éventuellement d’améliorer des relations.

Je parle ici des conflits latents, des conflits qui grugent de l’énergie, des relations difficiles…

Un collègue, votre patron, un membre de la famille élargie? Que faire pour être capable d’avoir une relation saine sans générer de conflits grugeurs d’énergie? (more…)

Votre crédibilité passe par une meilleure gestion de votre stress

Votre crédibilité passe par une meilleure gestion de votre stress

En leadership, il y a trois piliers : la compétence, la crédibilité et le courage. La compétence regroupe les savoirs tels que savoir communiquer, savoir écouter, savoir s’entourer, savoir mobiliser, savoir engager. Le courage c’est être capable de dire ce qui « est », de prendre des décisions, de gérer le risque.
La crédibilité c’est ce qui vous permet d’être digne de confiance.

Êtes-vous en confiance lorsque vous allez chez le médecin ou le garagiste et qu’il ou elle est de mauvaise humeur ou stressé? Faites-vous confiance au diagnostic ou aux suggestions? Voire même, avez-vous confiance en son travail et ses décisions?

C’est la même chose pour vos clients, collègue et membres de l’équipe. S’ils sentent que vous n’êtes pas à votre meilleur, ils feront moins confiance à vos décisions et vos suggestions.

Et alors, comment mieux gérer son stress?

D’abord, mieux gérer les symptômes du stress, vous aidera vous. Vous dormirez mieux, vous vous sentirez mieux. Puis, mieux gérer les causes et les conséquences du stress vous permettra de conserver un certain équilibre en général.

Je vous invite maintenant à garder une situation de stress en tête pour la suite de cette lecture.

1ère étape : reconnaître son stress

Si on connaît (et reconnaît) le stress, on peut le domestiquer. Voici ce qui causerait le stress:

  1. L’impression de ne pas contrôler la situation. (C)
  2. La situation est imprévue ou imprévisible. (I)
  3. La situation est nouvelle. (N)
  4. La situation peut menacer votre égo, votre image, votre réputation. (E)

Les quatre facteurs ne sont pas nécessairement impliqués chaque fois, et il y en a au moins un.

Peut-on éviter toutes les situations stressantes? Non, on ne peut éradiquer le stress, et il ne le faut pas car le stress est positif et vous permet de réagir. Pensez à toutes les fois où vos réflexes vous ont sauvés d’un accident par exemple.

Il s’agit plutôt de reconnaître lorsque le stress devient négatif ou paralysant. C’est dans ces deux situations que vous pouvez gagner en bien-être et en crédibilité.

Alors, dans votre situation stressante, lequel ou lesquels des facteurs est en cause?

2e étape : Déconstruire son stress

Utilisez la situation que vous avez choisie. Répondez à ces quatre questions :

  1. Contrôlez-vous la situation? (C)
  2. Est-ce une situation imprévue ou imprévisible? (I)
  3. Est-ce une situation nouvelle? (N)
  4. Est-ce que votre égo, personnalité, réputation est menacé? (E)

Si vous répondez à ces questions à chaque fois que vous êtes stressé, vous allez probablement remarquer que vous êtes plus sensible à l’un ou l’autre des facteurs, et plus vous en serez conscient, plus ce sera facile à gérer pour vous.

Être capable de prendre un certain recul sur soi est une qualité remarquable en leadership!

3e étape : Reconstruire la situation

Maintenant que vous avez ciblé la ou les sources de votre stress.,voyons voir comment vous pourriez reconstruire la situation afin de pouvoir mieux gérer votre stress.

  1. Que pouvez-vous contrôler sur la situation? (C)
  2. Que pouvez-vous faire pour que cette situation devienne moins imprévisible? (I)
  3. Que pouvez-vous faire pour que cette situation devienne moins nouvelle? (N)
  4. Que pouvez-vous faire pour gérer votre égo, personnalité, réputation? (E)

Si les idées que vous avez inscrites ici pour votre situation ne fonctionnent pas, essayez-en d’autres!! Faites des essais.

Développer le muscle du succès et de l’échec est un atout certain en leadership!

Conclusion

Faire l’exercice d’identifier son stress, de le déconstruire, de le reconstruire puis d’appliquer des stratégies pour le gérer est une méthode très efficace pour vous permettre de mieux gérer votre stress.

Mieux vous vous connaissez, mieux vous réagissez!

Qu’allez-vous faire maintenant avec la situation que vous avez ciblé?

 

*Source : Inspiré de la méthode CINE  tirée du livre “Par amour du stress” de Sonia Lupien

Comment mettre efficacement votre énergie au service de votre productivité ?

Comment mettre efficacement votre énergie au service de votre productivité ?

Besoin de vacances? Vous ne vous sentez pas très productif?  La productivité est une chose que nous pouvons toujours améliorer. Vous êtes entrepreneur, cadre ou dirigeant? Vous avez certainement la tête pleine d’idées. Vous devez les matérialiser, les développer et les vendre (à l’interne aussi on doit vendre ses idées!). Cependant, ces trois actions sont bien distinctes et nécessitent une énergie différente !

Je vous partage ici mes astuces pour rester concentrée sur la productivité, peu importe la saison, avec ou sans besoin de vacances.

(more…)

Les pires erreurs des gestionnaires – Partie 1

Les pires erreurs des gestionnaires – Partie 1

Je pense qu’on peut mesurer la performance d’un leader à la performance de son équipe.

Si l’équipe est performante, à une bonne chimie, une bonne communication, et bien c’est que le leader est probablement performant, du type à favoriser les relations et à exprimer clairement ses attentes.

Si, au contraire, l’équipe travaille en silo, est très politique et ne coopère pas, c’est probablement parce que son gestionnaire favorise ce type d’environnement par ses comportements.

Cela vous choque?

Il est simplement temps de passer à l’action et de modifier vos comportements. Vous réussirez mieux, si votre équipe réussi mieux. Lisez tous les articles et livres que vous voudrez, cette conclusion est indéniable.

Il est maintenant temps de passer à la pratique.

En tant que leader, notre équipe est notre miroir.

(more…)

Deux trucs simples pour augmenter la productivité de votre équipe

Deux trucs simples pour augmenter la productivité de votre équipe

Si vous avez déjà demandé à votre équipe comment ils pourraient augmenter la productivité, je suis prête à parier qu’ils vous ont dit qu’ils avaient besoin de plus de moyens. Par exemple : plus de ressources humaines, de meilleurs outils, des rôles plus clairs, des processus plus efficaces, etc. Et je crois que ces éléments pourraient vraiment les aider.

Dans mon expérience de gestion, j’ai découvert que d’autres éléments permettent d’augmenter la productivité de l’équipe, et ce, sans moyens extravagants ni exorbitants.

 Avez-vous remarqué que lorsque vous avez de l’énergie vous êtes plus efficace?

(more…)

7 étapes pour dire non sans se faire des ennemis

7 étapes pour dire non sans se faire des ennemis

Il n’est pas toujours facile de dire non à un patron, à un collègue ou encore un ami au travail. Mes clients sont souvent tiraillés entre leur charge de travail, le nombre d’heures qu’ils voudraient travailler et leurs ambitions. Ils disent plus souvent “oui” parce qu’ils ne veulent pas mal paraître, ou se sentent obligés. Il n’y a rien de mal: mes clients sont des gens engagés qui aiment et visent les résultats. Pour certains, dire non représente pour eux de la non-collaboration et ce n’est pas ce qu’ils désirent dégager.

Avec ce type de client, une des stratégie que j’applique est d’établir l’image qu’ils veulent dégager (et le pourquoi!), puis nous établissons un plan qui correspond à leur ambition en y incluant diverses façons, saines, d’arriver à leurs buts.

Une habitude est d’apprendre à dire non sans se faire des ennemis 🙂 (more…)

Comment augmenter son énergie? (avec test)

Comment augmenter son énergie? (avec test)

Avec le printemps qui s’installe, retrouvez-vous votre énergie?  Sinon, comment augmenter son énergie?

Il y a plusieurs tests disponibles pour faire le point sur son niveau d’énergie. Pour ma part, j’en utilise un, à prime abord créé par l’école Coaching de gestion, et j’y ai ajouté ma couleur.  J’y explore les sphères suivantes : relations, finances, bien-être et environnement physique.

TEST (vous répondez par vrai ou faux) :

Relation : Cette sphère est en lien avec les gens de votre entourage et votre comportement avec votre entourage.

  • Je n’entretiens pas de relations qui m’ennuient ou me dépriment.
  • Je m’entends bien avec mon patron, mes collègues et/ou mes collaborateurs.
  • J’adresse des requêtes aux autres au lieu de me plaindre à tout le monde. (more…)

15% de rabais sur la formation en ligne pour les abonnés à l'infolettre.

Commencez dès maintenant à créer un futur plus performant! (apprendre librement et à prix invitant, qu'en pensez-vous?)

😎Recevez chaque 2 semaines des conseils gratuits pour vous aider à développer votre leadership.

Vous êtes maintenant abonné!