Je pense qu’on peut mesurer la performance d’un leader à la performance de son équipe.

Si l’équipe est performante, à une bonne chimie, une bonne communication, et bien c’est que le leader est probablement performant, du type à favoriser les relations et à exprimer clairement ses attentes.

Si, au contraire, l’équipe travaille en silo, est très politique et ne coopère pas, c’est probablement parce que son gestionnaire favorise ce type d’environnement par ses comportements.

Cela vous choque?

Il est simplement temps de passer à l’action et de modifier vos comportements. Vous réussirez mieux, si votre équipe réussi mieux. Lisez tous les articles et livres que vous voudrez, cette conclusion est indéniable.

Il est maintenant temps de passer à la pratique.

En tant que leader, notre équipe est notre miroir.

Voici, dans cette première partie, deux des pires erreurs des gestionnaires et quoi faire pour changer!

1-Garder des personnes ayant une attitude négative dans son équipe

Je me fais poser cette question très souvent par mes clients :

Il est performant, mais a un sacré caractère. Cela nuit à l’esprit d’équipe. Que dois-je faire?

Mes clients ont souvent tout essayé avec eux et n’arrivent pas à prendre la bonne décision : la performance ou l’équipe?

Ma réponse : l’équipe.

Je vous entends déjà dire : « il/elle est ici depuis des lustres! Ça ne se fait pas de le/la virer! » ou encore « mauvais caractère et tellement performant, je ne peux pas m’en passer ».

Vraiment?

  1. Analyser objectivement les impacts de garder cette personne : temps de gestion des frustrations, du personnel, le manque d’énergie, la mauvais ambiance, l’impact sur la performance globale.
  2. Demandez-vous ce que vous (et votre équipe) gagnerait à ne pas avoir un(e) membre à attitude négative.

Passez à l’action dès maintenant!

  • Informez la personne à l’attitude négative que vous prioriser l’équipe plutôt que sa performance solo. Tentez d’avoir son engagement envers l’équipe. Si vous l’avez, travaillez ensemble à développer des outils, des attitudes et des comportements. Si cela ne fonctionne pas, accompagnez-la vers un autre poste ou emploi où elle n’aura pas à travailler en équipe.

Avantages de prioriser l’équipe :

  • La performance globale va augmenter.
  • Vous allez démontrer que vous êtes un leader qui valorise l’esprit d’équipe.
  • Votre cohérence entre vos mots (« L’esprit d’équipe c’est important! ») et vos gestes (« Adressez les situations où cette valeur n’est pas respectée) générera le respect de votre équipe, vos pairs, votre hiérarchie.
  • Imaginez passer du temps positif à accompagner les autres employés dans le développement de leur performance! Beaucoup plus intéressant que de gérer des frustrations, non?

2- Ne pas se dissocier émotivement des hauts et des bas

Être en position de leadership est chargé d’émotions!

C’est flotter sur un nuage quand un projet livre selon nos attentes, quand vous réussissez un objectif ambitieux, c’est aussi se sentir trahi, démotivé, découragé sans oublier le stress…

Ces vagues d’émotions, bien que normales, sont une source de perte d’énergie importante lorsqu’on ne s’en dissocient pas.

Est-ce qu’on vous a déjà dit que vous preniez les choses trop personnelles?

C’est de cela dont je parle. Vous n’êtes pas votre travail, votre entreprise, votre rôle. Autrement dit, votre travail est une partie de vous. Ne le laissez donc pas prendre toute la place.

Vraiment?

  1. Combien de fois vous êtes-vous réveillé la nuit en pensant au travail?
  2. Dans quelle mesure votre motivation est-elle rattaché au travail? (le travail va bien/je vais bien, le travail va mal/je vais mal)

Passez à l’action dès maintenant!

  • Mettez-vous des objectifs sur d’autres éléments que le travail. Par exemple : vos amis – vos relations, vos loisirs, votre famille, vous-même – votre santé et votre bien être.
  • Lorsque cela va très bien ou très mal au travail et que cela vous affecte, rappelez-vous que vous n’êtes pas votre travail. Que vous êtes dans un rôle. Dissocier les événements de votre globalité.

Avantages de se dissocier émotivement des hauts et des bas:

  • Vous allez mieux dormir.
  • Vous allez prendre de meilleures décisions.
  • Vous allez avoir une vie plus satisfaisante.intéressante en dehors du travail.
  • Vous allez avoir plus d’énergie.

Conclusion

En conclusion, les deux premières pires erreurs à éviter pour le gestionnaires sont 1) de garder une personne dans votre équipe qui a une attitude négative et 2) de ne pas se dissocier émotivement des hauts et des bas qu’apportent sa position de leader.

Faites-vous accompagner en coaching individuel ou d’équipe pour établir le bon fonctionnement vous apportant le plus de leadership, plaisir et résultats. Contactez-moi!

Retrouvez cet article sur LinkedIn.